Copywriting

Bienvenu ou Bienvenue à ?


« Bienvenue à », c’est toujours avec un e même si la suite est au masculin ou au pluriel !

  • « Bienvenue sur mon site »
  • « Bienvenue à un garçon super beau »

Cela ne s’accorde pas car cela veut dire en fait :

  • « Je vous souhaite la bienvenue sur mon site »
  • « Je souhaite la bienvenue à un garçon super beau »

Il faut juste se souvenir que si c’est le premier mot, c’est toujours « Bienvenue » sans accord car c’est « bienvenue » en tant que nom (la bienvenue). Et cela marche tout le temps, on écrit bien « Bienvenue à vous », même au pluriel, car cela vient de « Je vous souhaite la Bienvenue« .

Mais attention !

Ce n’est pas pareil si c’est « bienvenu » en temps que substantif, là, on accorde :

  • « Soyez le bienvenu »
  • « Sentez-vous la bienvenue »
  • « Vous êtes les bienvenus »

On accorde aussi si c’est un adjectif :

  • « Cet argent est bienvenu »
  • « Cette décision est bienvenue »
  • « Vous êtes toujours bienvenus »

NB : Note initialement publiée sur mon blog précédent, le 11 juin 2010.

Cinéma Conférences et masterclass Scénarios Structure Télévision Vidéos Writing

Alexandre Astier en conférence au festival Scénaristes en Séries



NB : Note initialement publiée sur mon blog précédent, le 23 novembre 2009.

Passionnante intervention d’Alexandre Astier au festival « Scénaristes en Séries » d’Aix-Les-Bains, en 2007.

On y parle écriture, structure, protagonistes, acteurs, format, évolutions du personnages…

La playlist contient une vingtaine de vidéos.

Copywriting

Faire partie ou faire parti


La bonne orthographe, c’est faire partie avec un E parce que « faire partie », c’est « être une partie ».

Faire parti sans e, ça serait plus du genre « être un parti » ce qui ne voudrait pas dire grand chose la plupart du temps.

Cela ne se conjugue pas ! On ne doit pas écrire « Ils font partis » (par contre, les correcteurs qui sont partis)…

Pour résumer, LA BONNE orthographe, c’est :

« faire partie de quelque chose » est une expression idiomatique qui veut dire : être une partie de quelque chose.
On peut donc conjuguer le verbe « faire » mais le nom « partie » est ici invariable.

NB : Note initialement publiée sur mon blog précédent, le 11 juin 2009.

I, Robot = mauvais Roger Rabbit ?

Cinéma Scénarios Structure Writing

I, Robot = mauvais Roger Rabbit ?


NB : Publié sur mon précédent blog, le 29/10/2007

Voilà, j’ai regardé I, Robot.

Autant le dire tout de suite c’est un pop-corn movie qui se tient mais que je n’ai pas aimé.

Inspiré d’un classique de la SF, le film ne rend pas hommage à la nouvelle d’Harlan Ellison et Isaac Asimov dont il s’inspire (de loin).

Résumé de l’intrigue : « I, Robot : En 2035, les robots sont devenus de parfaits assistants pour les êtres humains. Le détective Del Spooner enquête sur le meurtre du docteur Alfred Lanning, un chercheur en robotique. Le principal suspect semble être un androïde nommé Sonny. Or, si l’on s’en réfère aux 3 lois de la robotique, les robots ne sont pas dotés de la faculté de tuer… »

L'illustration est issue du génial blog, Pas de week-end pour les cyborgs.
L’illustration est issue du génial blog, Pas de week-end pour les cyborgs.

 

Donc ok, ce film regroupe tous les éléments du blockbuster : un sujet vendeur, un acteur bankable, un jolie fille, un peu d’humour, des effets spéciaux, du placement de marques (sic), de l’action et des deus ex machina à foison (re-sic)…

Mais au-delà de cela, le problème c’est surtout qu’I, Robot est la réplique « scolaire » et ratée d’un autre film, lui un chef d’oeuvre, ayant la même structure…

ça se ressemble un peu quand même (attention spoilers)

I, Robot Qui veut la peau de Roger Rabbit ?
Del Spooner est un flic qui bosse dans une ville pleine de robots Eddy Valiant est un flic qui bosse dans une ville pleine de toons
Il a un gros problème de comportement Il a un gros problème de comportement
Parce qu’un robot a provoqué un décès qui l’a marqué Parce qu’un toons a provoqué un décès qui l’a marqué
Depuis il déteste les robots Depuis il déteste les toons
Mais un robot semble avoir commis un crime Mais un toon semble avoir commis un crime
Il se rend chez USR Robotics, là où sont fabriqués les robots Il se rend à Toonville, là où vivent les toons
Il doit enquêter sur le robot et sympathise avec Il doit enquêter sur le toon et sympathise avec
Le robot est envoyé à la casse Le toon est envoyé à la trempette
Il finit par ce rendre compte que c’est un autre robot qui pète les plombs Il finit par ce rendre compte que c’est un autre toon qui pète les plombs
Avec son ami le robot, ils arrêtent le méchant robot Avec son ami le toon, ils arrêtent le méchant toon

A choisir donc, regardez roger rabbit, une 2e fois !

Citations

Les trois lois de la robotique


NB : Publié sur mon précédent blog, le 29/10/2007

Un robot ne doit pas nuire à un humain ou rester passif et le laisser sans assistance en cas de danger;

Un robot doit obéir aux ordres des humains sauf s’ils contreviennent à la première règle;

Un robot doit protéger son existence tant que cela ne rentre pas en conflit avec les 2 autres règles.

ISAAC AZIMOV, plus d’informations sur Wikipedia.

BD, Romans, Littérature Writing

Paulo Coelho et mon blog


Avant d’effacer mon blog précédent, j’en reposte ici un autre extrait, une note écrite par le moi de 2006, plus de 10 ans plus jeune, pas encore scénariste, pas encore éditeur.

J’y avais écrit une note appelée « Paulo Coelho, le Zahir, le piratage et le P2P » dans laquelle je racontais l’anecdote ci-dessous avant de parler d’une note appelée « D’ami à ami » écrite par l’auteur.

Je ne reprends pas ici le contenu de cette deuxième partie qui n’est vraiment plus à jour, la note initiale de Paulo Coelho est toujours lisible ici et l’auteur a pris des positions claires par rapport à tout cela.

Mais, cependant, je commençais ainsi :

« Si mes poches étaient assez grandes pour y mettre tout mes essentiels, on y trouverait toujours un exemplaire du Manuel du Guerrier de la lumière de Paulo Coelho pas très loin d’un vieux tome usé d’Illusions ou le Messie récalcitrant de Richard Bach ou du Tao Te King de Lao Tseu.

J’ai rencontré Paulo Coelho au Virgin Megastore au cours d’une dédicace. La discussion n’a évidemment duré que quelques instants mais nous avons parlé de ma mère et il a prié pour elle. Je garde pour cet auteur un profond respect, non seulement pour cela, pour ce par quoi il est passé, mais surtout parce que ses livres ont souvent accompagné ma vie, en répondant à mes questions par synchronicité.

L’un de ces livres s’appelle Le Zahir (c’est le seul que je n’ai pas acheté dès sa sortie par confusion avec le Zaïre, thème qui m’interpellait peu, comme quoi).

La semaine dernière, avouons-le, j’ai passé un jeudi et un vendredi de merde, la tête embourbée par des préoccupations qui mettaient à mal tous mes efforts de concentration. J’ai donc cherché à fuir l’obsession du moment dans la lecture à défaut de pouvoir méditer…

J’allais racheter une Xe fois « L’amour dure 3 ans » de Beigbeider quand je suis tombé sur Le Zahir, juste à coté.

En ouvrant les premières pages, j’ai souri en lisant :

Zahir, en arabe, veut dire visible, présent, qui ne peut pas passer inaperçu. Un objet ou un être qui, une fois que nous l’avons rencontré, finit par occuper peu à peu toutes nos pensées, au point que nous ne parvenons plus à nous concentrer sur rien. Il peut signifier la sainteté, ou la folie.

Tout était dit, c’était le bon livre. Et à la lecture, ce Zahir n’a fait que le prouver.

Fin de la pause mystique. »

Si je garde cette note sur ce nouveau blog, c’est que quelques heures après l’avoir postée, je reçus ce commentaire dont on me confirma par la suite l’origine :

« And if you noticed in Le Zahir, the writer is signing in a megastore au Champs Elysees!
Best,
Paulo Coelho »

Mon blog était devenu magique. J’étais manifestement lu au-delà de mon cercle de potes. Et ça, les amis, ça ne s’oublie pas et ça ne se perd pas dans les tréfonds du web 😉

NB : La note initiale a été publiée sur mon blog précédent, le 6 déc 2006.